Rapport annuel 2015
Message d’Yves Perrier - Directeur Général d’Amundi

 

 

Lors de la création d’Amundi en 2010, nous nous étions fixé l’objectif de devenir le leader européen. C’était un objectif ambitieux et nous sommes fiers de l’avoir atteint aujourd’hui. Avec près de 1 000 milliards d’euros d’encours sous gestion à fin 2015, notre Groupe, véritable partenaire de confiance à l’écoute de ses clients, est le Numéro Un en Europe par sa taille, mais aussi par sa rentabilité. En 2016, Amundi entend poursuivre sa stratégie de développement autour de ses deux métiers : la clientèle des particuliers et celle des institutionnels.

2015 fut riche en évènements pour notre Groupe et je vous invite à découvrir ce qui l’a marquée au travers des différents chapitres et des témoignages et reportages que nous vous proposons. Je vous souhaite la bienvenue sur le site dédié au Rapport annuel d’Amundi. »

 

 

Amundi et son environnement
Découvrir la joint venture
NH-CA
NH-CAUn asset manager coréen en pleine croissance

Avec près de 21,4 Mds€ d’actifs sous gestion, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2014, NH-CA est l’un des asset managers coréens enregistrant une croissance constante. Pour répondre au mieux aux attentes de ses clients, NH-CA a su mobiliser des équipes compétentes, composées de portfolio managers spécialisés dans le business international, de personnes dédiées à la stratégie marketing ainsi que des risk managers et des équipes commerciales engagées à garantir la qualité du développement sur le marché coréen.”

Regard sur l'économie mondiale en 2015 par Philippe Ithurbide
De grands facteurs de risque se sont matérialisés en 2015 (notamment au cours du second semestre), ce qui en fait indubitablement une année charnière.
En savoir plus sur le contexte économique mondial de 2015

2015 : ralentissement d’activité et découplage croissant entre économies des pays émergents et pays avancés ont marqué l’année. Malgré cela, les opportunités d’investissement étaient présentes.

Des divergences et des opportunités
Le ralentissement de la croissance mondiale s’est poursuivi en 2015
Les conséquences en matière de gestion ont été nombreuses
2015 : la BCE adopte un programme ambitieux de quantitative easing
ENVIRONNEMENT
DES DIVERGENCES ET DES OPPORTUNITÉS

Une crise européenne, une crise sur les émergents, des craintes sur la croissance mondiale, des craintes sur un hard landing (1) chinois, un retour de la volatilité, des risques spécifiques (Russie, Brésil…), une nouvelle baisse des prix des matières premières, de forts réalignements des cours de change et des craintes de guerre des changes, des risques géopolitiques… bref, un aperçu de ce qui pourrait ressembler au pire des scénarios. Fort heureusement, tout cela a globalement créé des divergences, des classes d’actifs délaissées… et des opportunités. Mais cela est également venu rappeler – si besoin était – à quel point la situation reste fragile.

(1) Hard landing : terme désignant la récession brutale d’une économie.

CROISSANCE MONDIALE
LE RALENTISSEMENT S’EST POURSUIVI EN 2015

Certes, la croissance du PIB mondial est restée supérieure à 3 % pour la cinquième année consécutive, mais elle a de nouveau donné de réels signes d’essoufflement dans de nombreuses zones. C’est le cas de la Chine. Ce phénomène n’est pas nouveau, et sous bien des aspects, il est inévitable : il est notamment lié au changement de modèle économique. La question du yuan (qui fera partie de la composition du DTS (1)), dès octobre 2015, est cependant revenue au centre des préoccupations. Sa forte appréciation depuis la crise financière de 2008, favorisée par la hausse du dollar et la chute de bon nombre de devises émergentes, est en effet devenue difficilement soutenable pour la Chine, qui l’a laissé se déprécier au cours de l’été, provoquant une mini-crise. Le ralentissement économique a été également très net dans l’ensemble des pays émergents. La trop forte dépendance au commerce mondial et aux matières premières (dont le prix chute depuis plusieurs années) n’est pas souvent compensée par une solide demande domestique, et certains grands pays (Russie, Brésil) sont entrés en récession, parfois sévère. Seuls les pays consommateurs de matières premières sont restés avantagés, mais ils n’ont pu éviter la tourmente financière qui a frappé l’ensemble des pays émergents. Le ralentissement économique est par ailleurs visible aux États-Unis, mais cela n’a pas empêché la Fed (banque centrale américaine) d’entamer en décembre un « mini-cycle » de resserrement monétaire (+ 25 PB (2)). Le thème du risque de récession commence à resurgir, et au mieux, la croissance devrait converger vers son potentiel, plus bas depuis quelques années du fait des plus faibles gains de productivité de l’économie américaine. Autre caractéristique de l’année 2015, le repli du commerce mondial, essentiellement lié aux pays émergents. Tout semble indiquer que la globalisation cède du terrain, un fait relativement nouveau. Ce sont les moteurs de croissance interne qui redeviennent déterminants, ce qui veut dire également que le risque-pays redevient crucial. Le cas de la zone euro est un peu spécifique : après des années difficiles, la zone profite de l’environnement de taux bas (taux courts et longs), de la défragmentation financière en cours, de politiques économiques – y compris budgétaires – plus accommodantes, de la baisse de l’euro et, pour certains pays, d’une reprise plus nette des moteurs de croissance interne. La croissance n’est certes pas spectaculaire, mais elle est proche de son potentiel et sa décomposition est devenue plus favorable, notamment pour les marchés boursiers de la zone, en retard par rapport au marché américain. À noter que la crise grecque de 2015 a trouvé un dénouement favorable, mais tardif et compliqué sur le plan politique. En 2015, les risques politiques et géopolitiques sont également revenus sur le devant de la scène. Des élections à risque (Grèce, Portugal et Espagne notamment), des situations politiques complexes (Brésil, Turquie), et les attentats terroristes (en France et dans le monde) ont une nouvelle fois montré la fragilité de l’environnement actuel, dont on ne mesure pas encore très bien toutes les conséquences. Dans cet environnement, les politiques monétaires sont restées globalement accommodantes. Les politiques non conventionnelles tournent encore à plein régime en Chine, au Japon, en zone euro, et nombre de pays émergents se sont engagés – ou désirent s’engager – dans des baisses de taux. La Fed est finalement l’une des rares banques centrales à entamer un cycle de resserrement. Celui-ci a été contrarié tout au long de l’année par les risques d’instabilité macro-financière et par l’appréciation – jugée excessive – du dollar. Au final, du fait de l’action des banques centrales et notamment de la Banque centrale européenne (BCE), la zone euro évolue dans un environnement de taux extrêmement bas, et près de 25% de l’univers de crédit de la zone offre des rendements négatifs en novembre, un record.

(1) DTS : droit de tirage spécial, actif de réserve international créé en 1969 par le Fonds monétaire international (FMI) pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres.

(2) PB : points de base ou basis point désigne un centième de point de pourcentage. En finance, c’est la différence entre deux pourcentages multipliée par cent. Par exemple, la différence entre deux taux d’intérêt de 5 % et 5,20 % est de 0,2 point de pourcentage, soit 20 points de base.

GESTION
LES CONSÉQUENCES ONT ÉTÉ NOMBREUSES

L’année passée a été le théâtre d’un découplage croissant entre les pays émergents (où régnaient beaucoup d’incertitudes) et les pays développés (qui offraient une meilleure visibilité). Les banques centrales ont également assuré un découplage entre la zone euro et les États-Unis, et une appréciation du dollar. Cela n’a pas été sans impact pour les flux de capitaux et la performance relative des actifs financiers correspondants. Les actions européennes se sont mieux comportées que leurs homologues américaines, tandis que les actions des marchés émergents, ont été délaissées, la baisse des actifs actions et la baisse du crédit étant amplifiées par le repli généralisé des devises. Pour les investisseurs, seuls les pays consommateurs de matières premières, à demande interne solide, et à faible vulnérabilité extérieure ont réussi à sortir du lot. Le marché des obligations d’entreprises a continué à livrer du portage et du rendement positif, mais après plusieurs années de resserrement, les spreads se sont élargis en 2015, ce qui en fait une année charnière. La faible liquidité, amplifiée par les politiques non conventionnelles des banques centrales, les contraintes réglementaires, l’alignement des positions des grands investisseurs (tous acheteurs de taux et de spreads) et le retrait relatif de nombre de pourvoyeurs de liquidité ont ajouté du risque sur les marchés de taux.

Menace de DéFLATION
LA BCE ADOPTE UN PROGRAMME AMBITIEUX DE QUANTITATIVE EASING

Dès le début de l’année 2015, la BCE a décidé de mettre en place un programme de politique monétaire non conventionnelle pour lutter contre la menace qui pèse sur la stabilité des prix (la déflation). Sa politique repose sur deux volets essentiels. D’une part, un programme d’achats de titres notamment gouvernementaux qui a poussé à la baisse les taux longs et les écarts de taux entre pays du noyau dur et pays périphériques, relancé le crédit bancaire, soutenu les marchés boursiers (et généré des effets de richesse positifs), affaibli l’euro, relancé les anticipations d’inflation et soutenu la confiance des ménages et des entreprises. D’autre part, la poursuite de la baisse des taux, afin de favoriser le crédit bancaire notamment. En propulsant les taux de dépôts en territoire négatif, la BCE a voulu « punir » les banques ayant trop tendance à placer leurs liquidités excédentaires à la BCE et non dans l’économie réelle. Au total, par ses actions sur les taux (de façon directe et indirecte), la BCE a indubitablement recréé de bonnes conditions pour un meilleur accès au financement des entreprises. Mais par ses achats massifs, elle a également contribué à assécher la liquidité des marchés obligataires.

Évolution du marché de la gestion d’actifs en 2015
Aussi bien en Europe, qu’en Asie ou aux États-Unis, les marchés ont fortement collecté en 2015. Les investisseurs, notamment les particuliers, se sont aussi portés sur les produits d’allocation d’actifs avec pour objectif la recherche de rendement avec un risque maîtrisé, ainsi que sur les fonds de performance absolue et les fonds à revenus.
En savoir plus sur l'évolution du marché de la gestion d’actifs en 2015

La diversification des portefeuilles obligataires s’est poursuivie au profit des obligations d’entreprises et à haut rendement. Le retour sur les actions a largement bénéficié aux actions européennes au détriment des actions américaines et émergentes. Sur la plupart des marchés, l’année 2015 a confirmé la montée en puissance de la gestion passive.

Rendement et zone euro pour le marché français
Les fonds diversifiés, les grands gagnants 2015 en Europe
Du monétaire en Asie
Le marché des fonds aux États-Unis
LE MARCHÉ FRANÇAIS
RENDEMENT ET ZONE EURO CONSTITUENT 95% DE LA COLLECTE

Le marché des fonds ouverts de droit français a progressé de 6 % en 2015 pour atteindre 812 Mds€ d’encours sous gestion, après avoir stagné les deux dernières années à 770 Mds€. Cette année, la collecte nette atteint + 38,2 Mds€. Les flux se sont portés principalement sur les fonds monétaires (+ 16,9 Mds€) malgré de forts rachats sur la trésorerie court terme (- 12,9 Mds€). Les fonds obligataires ont continué d’attirer les investisseurs avec une collecte de + 5,3 Mds€. Les compartiments investis en zone euro et les fonds à haut rendement ont représenté 95 % de la collecte. Les fonds de performance absolue, dont l’encours a progressé de 23,8 % depuis décembre 2014, ont bénéficié d’une forte dynamique de collecte (+ 21,2 %, soit + 8,9 Mds€), en particulier les fonds de gestion flexible (+ 6,1 Mds€). Les fonds actions, en décollecte fin 2014, ont connu une collecte positive à + 2,7 Mds€, notamment nourrie par des flux vers les actions euro et européennes en gestion passive. L’appétence des investisseurs s’est également tournée vers les fonds diversifiés qui ont enregistré des flux positifs de + 3,1 Mds€ à fin décembre 2015. Cette année encore, les fonds garantis ont été en situation de rachat (- 0,8 Md€), reflétant les nombreuses arrivées à échéance des fonds anciennement créés et la concurrence accrue d’autres types de produits financiers tels que les Euro Medium Term Notes (EMTN). Parmi les autres catégories de fonds, on peut noter les 2,2 Mds€ collectés en immobilier (organisme de placement collectif immobilier). L’appétit des investisseurs pour les ETF n’a pas été démenti en 2015. Ils ont enregistré une collecte positive de + 9,5 Mds€. Les encours de ce type de fonds ont progressé (+ 21,2 %), atteignant 63,5 Mds€. Les principales souscriptions ont favorisé les ETF actions (+ 7,1 Mds€) et les ETF obligations (+ 2,4 Mds€).

LE MARCHÉ EUROPÉEN
LES FONDS DIVERSIFIÉS : LES GRANDS GAGNANTS 2015

Le marché européen des OPCVM s’élève à 9 028 Mds€ (1) fin 2015, en progression de 10,8 % sur l’année du fait d’un effet collecte              (+ 471 Mds€) et d’un effet marché (+ 410 Mds€) positifs. La collecte a été tirée par les fonds diversifiés, monétaires, de performance absolue et les fonds actions. Les fonds obligataires, très prisés en début d’année, ont fait ensuite l’objet de prises de bénéfices avec les anticipations de hausse des taux. À noter des rachats sur les fonds garantis et 8 Mds€ de flux sur les autres fonds (2). L’intérêt pour les fonds diversifiés a bénéficié aux fonds d’allocation d’actifs, aux diversifiés prudents, équilibrés et à revenus. La collecte sur les fonds actions, tirée par les ETF et les fonds indiciels, a connu une évolution heurtée avec les révisions à la baisse de la croissance et s’est focalisée sur les fonds investis en actions de sociétés européennes et japonaises, les actions sectorielles et à hauts dividendes. La collecte obligataire a été portée par les flux sur les portefeuilles multipays, les obligations d’entreprises et de la zone euro et à haut rendement. La gestion active représente 78 % de la collecte, les ETF 14 % et l’indiciel traditionnel 8 %.

(1) Données à fin décembre 2015 – Source Broadridge – FMI, SalesWatch. Europe : périmètre des fonds ouverts domiciliés en Europe et des fonds transfrontaliers vendus sur le marché européen / Asie : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % en Asie et fonds transfrontaliers vendus en Asie (pays : Australie, Brunei, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Macau, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Philippines, Singapour, Corée du Sud, Taïwan, Thaïlande) / États-Unis : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % aux États-Unis.
(2) Autres fonds : fonds alternatifs, immobiliers, à cycle de vie, matières premières.

LE MARCHÉ ASIATIQUE
CONCENTRATION SUR LES FONDS MONÉTAIRES

En Asie, le marché des fonds ouverts s’élève à 3 013 Mds€ (1), une hausse des encours de 34,3 % dont une collecte de + 602 Mds€. La Chine, le Japon et la Thaïlande figurent en tête de la collecte. Les flux se sont concentrés sur les fonds monétaires surtout en devises locales en Chine, Thaïlande, Taïwan et sur les fonds diversifiés en Chine et au Japon. La collecte sur les fonds obligataires a été tirée par les fonds d’obligations émergentes, et celle sur les fonds actions par les actions japonaises et les valeurs sectorielles.

(1) Données à fin décembre 2015 – Source Broadridge – FMI, SalesWatch. Europe : périmètre des fonds ouverts domiciliés en Europe et des fonds transfrontaliers vendus sur le marché européen / Asie : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % en Asie et fonds transfrontaliers vendus en Asie (pays : Australie, Brunei, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Macau, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Philippines, Singapour, Corée du Sud, Taïwan, Thaïlande) / États-Unis : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % aux États-Unis.

LE MARCHÉ AMÉRICAIN
LE MARCHÉ DES FONDS EN PROGRESSION

Aux États-Unis, le marché des fonds ouverts s’élève à 16 264 Mds€ (1) fin 2015, en progression de 11,1 %. La collecte (+ 166 Mds€) a été largement tirée par les flux sur les fonds actions (+ 87 Mds€), les fonds à cycle de vie (2) (+ 66 Mds€) et les fonds monétaires en dollar.

(1) Données à fin décembre 2015 – Source Broadridge – FMI, SalesWatch. Europe : périmètre des fonds ouverts domiciliés en Europe et des fonds transfrontaliers vendus sur le marché européen / Asie : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % en Asie et fonds transfrontaliers vendus en Asie (pays : Australie, Brunei, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Macau, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Philippines, Singapour, Corée du Sud, Taïwan, Thaïlande) / États-Unis : périmètre des fonds ouverts vendus à plus de 80 % aux États-Unis.
(2) Aux États-Unis, les fonds à cycle de vie représentent 81 % de la collecte des autres fonds (« Autres »).

Résultats Financiers de l’année 2015 par Nicolas Calcoen
Succès de l’introduction en Bourse, niveau de collecte record et progression des encours dans un contexte de marché difficile. Ce qu'il faut retenir de l'activité d'Amundi en 2015.
En savoir plus sur l’activité et les résultats du Groupe en 2015

En 2015, Amundi a démontré la validité de son modèle économique diversifié avec une nouvelle année de forte progression de son activité et de ses résultats. Dans un contexte de marchés contrasté, la collecte nette a atteint un niveau record, à 80 Mds€, ce qui a permis une progression des encours de 12 %, à près de 1 000 Mds€ (985 Mds€). Le résultat net part du Groupe, ajusté des frais de cotation en Bourse (IPO), a lui progressé de 8 %, à 528 M€. La solidité financière s’est encore renforcée, avec un bilan sans dette financière nette et un capital disponible de 1,5 Md€, autorisant une politique attractive de dividendes (pour les principes et le détail du calcul au 31 décembre 2015 du capital disponible, se référer au chapitre 5 du Document de Référence).

Un contexte de marchés contrasté
Une collecte nette record en 2015
Une nouvelle croissance du résultat net part du groupe
Une structure financière très solide
Une politique de dividendes attractive
Une introduction en Bourse réussie
Retour sur les premiers jours de la vie de l’action Amundi
ENVIRONNEMENT
UN CONTEXTE DE MARCHÉS CONTRASTÉ

L’exercice 2015 s’est déroulé dans un contexte de marchés contrasté. Le premier semestre a été très favorable, notamment grâce à la politique de Quantitative Easing de la Banque centrale européenne. En revanche, le second semestre a été marqué par un retournement à partir du mois de juin, notamment à cause des craintes sur l’économie chinoise. Ainsi le Stoxx 600, qui avait progressé de + 11 % au premier semestre, a baissé de – 4 % au second semestre. Néanmoins sur l’ensemble de l’année, l’effet marché est demeuré positif à hauteur de 22,4 Mds€ sur les encours d’Amundi.

Activité
COLLECTE NETTE RECORD : 80 MDS€

En 2015, la collecte nette atteint un niveau record à 80 Mds€, soit 9 % des encours de début de période, contre 33 Mds€ en 2014. C’est le niveau le plus élevé depuis la création d’Amundi. Le Groupe est classé premier collecteur en Europe (1) et quatrième au plan mondial (2) sur les fonds ouverts. Amundi a bénéficié en 2015 de sa stratégie de développement fondée sur la diversité de ses marchés – Retail, Institutionnels –, de ses expertises et sa présence géographique étendue. Ainsi la collecte nette a été équilibrée entre les segments de clientèle Retail (41,5 Mds€) et Institutionnels (38,3 Mds€) ; elle se répartit à hauteur de 56 % pour les actifs à moyen-long terme et 44 % pour les produits de trésorerie. Au sein des actifs longs, toutes les expertises ont contribué à cette forte collecte, et plus particulièrement les obligations (24,4 Mds€), les gestions multi-actifs (11,7 Mds€) et les actions (6,0 Mds€). La collecte nette a été tirée à 75 % par l’international, dont 47 % par l’Asie et 28 % par l’Europe hors de France. À souligner particulièrement à l’international les performances des joint ventures d’Asie, qui ont collecté 31,3 Mds€ en 2015, et de l’Italie (5,7 Mds€). Les réseaux France affichent pour la première fois depuis la création d’Amundi une collecte nette à l’équilibre hors produits de trésorerie (0,1 Md€) sur l’ensemble de l’année, avec toutefois un second semestre moins favorable que le premier. Amundi a ainsi quasiment atteint fin 2015 l’objectif de 1 000 Mds€ d’encours sous gestion (3), qui avait été annoncé pour fin 2016, dans le cadre du Plan à Moyen Terme de Crédit Agricole SA présenté en mars 2014. À noter en outre que la croissance a été réalisée quasi exclusivement de manière organique (4).

(1) Source : Lipper Broadridge FundFile, fonds ouvert de droit européen et cross border, janvier à novembre 2015.
(2) Source : Morningstar Direct, fonds ouvert périmètre monde, y compris Trésorerie, hors fonds de fonds et nourriciers, janvier à décembre 2015.
(3) 985 Mds€ au 31 décembre 2015, + 12 % / 31 décembre 2014.
(4) Dans le cadre du Plan à Moyen Terme de Crédit Agricole S.A., la croissance était anticipée pour un tiers de manière organique et pour deux tiers par croissance externe.

Résultats
NOUVELLE CROISSANCE DU RÉSULTAT NET PART DU GROUPE : + 8 % à 528 M€

L’exercice 2015 marque une nouvelle croissance du résultat net. Celui-ci s’élève à 528 M€, en hausse de + 8 % par rapport à 2014, une fois ajusté des frais d’IPO (1) (introduction en Bourse). Cette progression reflète :

– une hausse des revenus de + 7,8 %, notamment avec une progression de + 11% des commissions nettes, en ligne avec la progression des encours ; en revanche les commissions de surperformance sont en baisse de – 19 % ;

– des charges d’exploitation (1) dont la hausse à périmètre et change constants est limitée à + 4,3 %. Cette progression traduit pour l’essentiel le renforcement des équipes à l’international, conforme à notre stratégie de développement. Le résultat brut d’exploitation (RBE) ajusté (1) a progressé de + 7,6% par rapport à 2014, à 788 M€. Le coefficient d’exploitation ajusté (1) reste au niveau très compétitif de
52,4 %. À noter que, en lien avec la forte progression de leurs encours, le résultat des sociétés mises en équivalence, qui reflète principalement le résultat des joint ventures en Asie, s’établit à 25 M€ en 2015, en hausse de + 49,1 % par rapport à 2014. Après déduction des frais d’IPO, soit 9 M€ après impôts, le résultat net part du Groupe publié s’établit à 519 M€, en hausse de +5,9 % par rapport à 2014.

(1) 2015 : hors frais d’IPO (15M€ avant impôts, 9 M€ après impôts) ;
2014 : retraité de l’interprétation IFRIC21 applicable au 1er janvier 2015.

Structure financière
UNE STRUCTURE FINANCIÈRE TRÈS SOLIDE

Amundi a encore renforcé sa structure financière en 2015. Les fonds propres tangibles (1) s’élèvent à 3,3 Mds€,  l’endettement financier net est nul et le capital disponible (2), après prise en compte des besoins réglementaires et après déduction du seed money (3) non monétaire et des participations, ressort à 1,5 Md€.

(1) Après déduction des valeurs et autres actifs incorporels.
(2) Capital disponible : pour les principes et le détail du calcul au 31 décembre 2015 du capital disponible, se référer au chapitre 5 du Document de Référence.
(3) Seed money : capital investi à l’origine du projet.

Dividendes
UNE POLITIQUE ATTRACTIVE

Le Conseil d’Administration a décidé de proposer à l’Assemblée Générale, qui se tiendra le jeudi 12 mai 2016, un dividende de 2,05 € par action en numéraire, soit 343 M€. Ce dividende correspond à un taux de distribution de 65 % du résultat net part du Groupe (1). Il offre un rendement sur la base du prix d’introduction en Bourse (45 €) de 4,6 %, de 4,7 % sur la base du cours au 31 décembre 2015 et de 6,1 % sur la base du cours de clôture du 11 février 2015, veille de la date de publication des résultats 2015 et de l’annonce de ce dividende (le 12 février 2016).

(1) 2015 : hors frais d’IPO (15M€ avant impôts, 9 M€ après impôts) ;
2014 : retraité de l’interprétation IFRIC21 applicable au 1er janvier 2015.

COTATION
UNE INTRODUCTION EN BOURSE RÉUSSIE

À la suite de la décision de Société Générale de céder sa participation de 20 %, Amundi a lancé sa cotation en Bourse en juin 2015. Le Document de Base a reçu le visa de l’Autorité des marchés financiers (AMF) le 7 octobre, la Note d’Opération le 30 octobre et la période de souscription s’est étendue du 2 au 11 novembre. Le prix d’introduction a été fixé le 11 novembre à 45 €. Le 12 novembre a été le premier jour de cotation. L’option de surallocation, qui avait été octroyée aux banques du syndicat de placement par Crédit Agricole S.A., a été exercée à hauteur de 75 %, soit 2,25 % du capital. Préalablement au lancement de l’offre publique, le groupe Agricultural Bank of China avait acquis, auprès de Crédit Agricole S.A., 2 % du capital d’Amundi au prix de l’introduction en Bourse de 45 €, soit un investissement de 150 M€. Enfin, une émission de capital réservée aux salariés d’Amundi a été clôturée le 16 décembre 2015, correspondant à l’émission de 453 557 actions au prix de l’introduction en Bourse minorée d’une décote de 20 %, soit 36 € par action ou 16 M€. 42 % des salariés d’Amundi ont souscrit à l’offre, dont 52 % des salariés français. Depuis la cotation, l’actionnariat d’Amundi est donc réparti de la façon suivante : 75,5 % pour le groupe Crédit Agricole, 2 % pour le groupe Agricultural Bank of China (1), 0,3 % pour les salariés d’Amundi et 22,2 % de flottant.

(1) Via son véhicule d’investissement Faithful Way Investment Ltd.

VIE DU TITRE
RETOUR SUR LES PREMIERS JOURS

Le titre est entré dans la composition de l’indice de la place parisienne SBF 120 le 18 mars, à la 90e place compte tenu de son flottant (22,2 %). Entre le prix d’introduction en Bourse (45 €) et le cours de clôture au 31 décembre 2015, le titre a perdu 4,0 %, dans un contexte de baisse des marchés actions, lié aux craintes sur l’économie chinoise et à la baisse du prix des matières premières, notamment le pétrole, craintes qui ont particulièrement affecté les valeurs du secteur financier. Le titre a connu une évolution légèrement plus favorable que son indice, le SBF 120, qui a perdu 5,4 % par rapport à la clôture du 11 novembre 2015, la veille du premier jour de cotation des titres Amundi. Sur la même période, l’indice des valeurs bancaires européennes, le Stoxx Banks, a perdu 5,9 %.

Découvrir le témoignage vidéo de
l'entreprise SergeFerrari
Une collaboration réussieSOUSCRIPTION D'UN FONDS DE DETTE PRIVÉE

 

Philippe Brun et Romain Ferrari, Directeurs généraux délégués de SergeFerrari Group, expliquent comment et pourquoi ils ont fait confiance à Amundi pour la gestion d’un placement privé.

l'environnement en chiffres Données au 31 décembre 2015
N°1
en Europe(1)
  • TOP 10 mondial(1)
  • 80 Mds€
    de collecte nette(2)
  • 985 Mds€
    d'encours sous gestion(2)
répartition des encours par type
de clientèle au 31 décembre 2015(2) (en %)
répartition des encours par classe
d'actifs au 31 décembre 2015(2) (en %)
0
Clientèle retail
0
Clientèles Institutionnelles
et corporates
0
Assureurs Groupe CA et SG
0
Actifs réels, alternatifs
et structurés
0
Multi-Actifs
0
Actions
0
Trésorerie
50
Obligataire
Résultats financiers 2015 (en M€)
1657 M€ Revenus nets 2015
820 M€ Résultat brut avant impôts(3)
528 M€ Résultat net part du Groupe(3)
52,4%
Coefficient d'exploitation(3)
3,3 Mds€ Actif net tangible part du Groupe(4)
  • (1) Périmètre Amundi -n°1 en montant total d’encours sous gestion des sociétés de gestion ayant leur siège social principal situé en Europe. Source IPE «Top 400 assetmanagers» publié en juin 2015 sur la base des encours sous gestion à décembre 2014.
  • (2) Données périmètre Amundi au 31 décembre 2015. Les encours sous gestion incluent 100% des encours sous gestion des joint ventures suivantes: State Bank of India Fund Management (Inde), ABC-CA (Chine), NH-CA Asset Management Co. Ltd (Corée), et non la somme des encours correspondant à la quote-part détenue par Amundi dans chacune des joint ventures, auxquels s’ajoutent 34% des encours de WafaGestion (Maroc), soit le prorata du taux de détention, Amundi n’ayant pas de collaborateurs dédiés dans cette JV, contrairement aux autres.
  • (3) Hors coûts 2015 liés à l'introduction en Bourse (IPO).
    (4) Actif net tangible : capitaux propres part du Groupe après déduction des immobilisations incorporelles et des écarts d'acquisition.
Les gestions
d'Amundi
Découvrir la filiale
AMUNDI HONG KONG
AMUNDI HONG KONGLeader asiatique sur la thématique du vieillissement de la population

Fondée en 1982, Amundi Hong Kong est l’un des centres de gestion asiatiques d’Amundi. Grâce à sa connaissance du marché domestique, elle a su importer le fonds européen Silver Age en Asie, une zone désormais confrontée aux problématiques de vieillissement de la population. Proposé auprès de huit distributeurs hongkongais, le fonds est aujourd’hui doté de 1 Md€ d’encours, faisant d’Amundi Hong Kong le leader asiatique sur cette thématique. Forte de sa relation de confiance avec des banques de la région, la filiale cherche maintenant à renforcer ses partenariats, notamment en Chine, en Corée du Sud et à Taïwan.”

Gestions : des résultats qui valident les options stratégiques
Un environnement financier marqué, comme l’an dernier, par des taux d’intérêt durablement bas, mais également – et c’est une tendance en 2016 – par davantage de volatilité, n’a pas empêché les gestions d’Amundi de réaliser un exercice 2015 positif.
Découvrir le bilan 2015 des gestions d’Amundi

Les gestions actives, notamment en actions, ont été favorisées par la complexité des marchés. La thématique du rendement est de plus en plus plébiscitée par les investisseurs.

Gestion Taux
Gestion Actions
BFT Investment Managers
Gestions Multi-actifs et Structurée
Gestion passive, ETF, Indiciel et Smart Beta
Actifs réels et alternatifs
Contrôle des risques
Plate-forme de comptes gérés
La liquidité sur les marchés obligataires
GESTION TAUX
SURPERFORMANCES RELATIVES ET HOMOGÈNES

Des conditions économiques plus instables ont rendu l’exercice de génération de performance obligataire plus délicat que l’an dernier. Le maintien de politiques monétaires accommodantes a prolongé le mouvement de baisse des taux – jusqu’en territoire négatif pour certains souverains en zone euro –, réduisant encore les perspectives de rendement directionnel. Mais le débat récurrent sur une possible remontée des taux aux États-Unis a aussi induit davantage de volatilité qu’en 2014. Les crises grecque, puis chinoise, ont renforcé l’incertitude, provoquant une remontée de l’aversion au risque qui s’est propagée sur l’ensemble des instruments obligataires, y compris corporate. En dépit de ce contexte, la ligne métier Taux a réussi à maintenir un niveau de performance relative supérieure à la moyenne du marché, sur l’essentiel de ses expertises Fixed Income. Amundi poursuit d’ailleurs sa percée dans la zone Asie, où elle a remporté plusieurs nouveaux mandats en 2015, ou des additions significatives à des mandats existants. Les stratégies fortement collectrices ces dernières années – Global Aggregate, Crédit Euro… – ont poursuivi leur lancée. Les expertises les plus récentes, telles que les offres Liquidity Coverage Ratio (LCR) (1) – 10 Mds€ d’encours à fin 2015 –, ou la plate-forme de dette privée lancée fin 2014 – 8 Mds € d’encours à fin 2015 –, connaissent elles aussi un succès croissant.

(1) Liquidity Coverage Ratio : fonds destinés à optimiser le ratio de liquidité à court terme.

GESTIONS ACTIONS
APPÉTENCE CONFIRMÉE POUR LES ACTIFS RISQUÉS

La tendance amorcée les années précédentes – l’appétence retrouvée des investisseurs pour les actifs risqués – s’est confirmée et renforcée en 2015. Les actions sont davantage recherchées, pour leurs perspectives de plus-values mais plus encore, pour leur capacité à générer du rendement dans un monde de taux d’intérêt historiquement faibles, quand ils ne sont pas nuls. Pour créer de la valeur ajoutée sur cette classe d’actifs l’an dernier, il fallait profiter pleinement de la phase haussière du premier trimestre, puis gérer efficacement l’exposition aux risques de marché les neuf mois suivants. Une configuration qui a favorisé les gestions actives, les solutions d’investissement d’Amundi dédiées à ce style de gestion affichant, pour leur part, des performances sensiblement supérieures aux indices boursiers. En termes de collecte, l’intérêt des investisseurs s’est concentré sur les zones développées, Europe en tête, aux dépens des marchés émergents. Les gestions à thème transversal – vieillissement, restructuration, mode de vie… – connaissent également un succès croissant. Afin d’en faciliter l’accès à l’ensemble de ses clientèles, Amundi a regroupé toutes ses expertises thématiques au sein de             CPR AM (1), qui entretient sa spécificité au sein du Groupe. Le Groupe va en poursuivre le développement et la déclinaison géographique. Enfin, l’innovation se poursuit au travers des solutions dites asymétriques, que ce soit grâce à des produits dérivés ou à des gestions Smart Beta, pour répondre à une autre tendance qui se confirme pour les années à venir : concilier rendement « actions » et préservation du capital, deux attentes contradictoires des investisseurs.

(1) CPR AM

Société anonyme au capital de 53 445 705 euros.
Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP 01.056.
Siège social : 90, boulevard Pasteur – 75015 Paris – France.
Adresse postale : 90, boulevard Pasteur – CS61595 75730 Paris Cedex 15 – France.
Siren : 399 392 141 RCS Paris.
Siret : 399 392 141 00038.
Code APE : 6630Z.
Identification TVA : FR3739939214.

BFT INVESTMENT MANAGERS
NOUVEL ESSOR QUI REDONNE UN SENS AU RENDEMENT

Nouvelle marque, nouvelle identité visuelle, nouveau slogan : BFT Gestion, devenue BFT Investment Managers (1)  le 1er octobre 2015, fait peau neuve et prend un nouvel essor. Cette société de gestion créée en 1985, filiale du groupe Amundi depuis 2011, a développé ces dernières années des solutions d’investissement articulées autour de la thématique du rendement. Sa nouvelle signature « Redonnons un sens au rendement » vise précisément à mettre en avant cette philosophie originale, car abordée dans le cadre d’une approche non contrainte par les références indicielles et déjà déclinée sur plusieurs classes d’actifs ou typologies de gestion. Pour accompagner ses clients sur « l’échelle des rendements », BFT Investment Managers a plusieurs arguments à faire valoir : un positionnement spécifique, alliant la réactivité d’une société de gestion à taille humaine à la force d’un Groupe puissant et structuré ; une solide expérience de l’innovation ; et des résultats reconnus, notamment dans les solutions de trésorerie pour lesquelles BFT Investment Managers a été désigné en 2015, pour la deuxième année consécutive, Meilleur Gérant monétaire par un panel de grands investisseurs français (2). Ce changement de marque s’accompagne d’un nouveau projet de développement. Objectifs : consolider le positionnement de BFT Investment Managers en tant que gestionnaire du rendement ; ajuster sa notoriété au niveau de ses encours – BFT Investment Managers, avec plus de 25 Mds€ d’encours sous gestion, se situe au neuvième rang des sociétés de gestion (2) en termes d’encours dans les fonds de droit français – et renforcer son potentiel de croissance auprès de ses clientèles en s’ouvrant de nouveaux canaux de distribution. En 2015, BFT Investment Managers a rencontré plusieurs succès notables, notamment pour ses solutions obligations d’entreprises et fonds obligataires à contraintes LCR, ainsi que dans sa nouvelle activité de fund hosting en partenariat de gestion. Des solutions innovantes de rendement mixte, associant les actions à haut dividende et les obligations d’entreprise, sont programmées pour 2016.

(1) BFT IM

Société anonyme au capital de 1 600 000 euros.
Siège social : 90, boulevard Pasteur – 75015 Paris.
Adresse postale : 90, boulevard Pasteur – CS71578 75730 Paris Cedex-15 – France.
Siren : 334316965 RCS Paris.
Siret : 33431696500022.
Identification TVA : FR7334316965.
Code APE : 6630Z.
(2) Source : Amadeis, palmarès des sociétés de gestion, Rapport 2015.

GESTIONS MULTI-ACTIFS ET STRUCTURÉE
SUCCÈS DES SOLUTIONS À OBJECTIF DE PERFORMANCE

Les tendances amorcées ces dernières années se confirment. Les investisseurs, privés comme institutionnels, sont de plus en plus contraints de sortir des placements sans risque pour espérer des rendements plus élevés. Ils sont également plus enclins à déléguer la gestion de l’exposition aux variations des marchés à des gérants professionnels. Pionnières en solutions de gestion flexible et conseillée, et régulièrement récompensées pour la qualité et la régularité de leurs performances, les gestions Multi-actifs et Structurée d’Amundi continuent à recueillir les fruits de ce positionnement et à adapter leurs solutions d’investissement à de nouveaux profils de risques et aux spécificités locales des clientèles des réseaux. Amundi Patrimoine (1), formule d’investissement à objectif de performance dont le succès national et international est notable – plus de 7 Mds€ à fin décembre 2015, le double d’encours à fin 2014 –, est ainsi désormais présente en Pologne et au Japon, dans des versions complètement adaptées aux devises et aux marchés locaux. Sa déclinaison avec un objectif de performance plus faible – Amundi Vie (1)  – séduit également une clientèle retail à la recherche de solutions à niveau de risque moins élevé, par exemple pour arbitrer leurs fonds en euros vers des placements plus rémunérateurs. Cette demande pour des placements à risque modéré explique également l’engouement toujours soutenu pour les fonds à formule assortis d’une garantie explicite en capital qui sont désormais, eux aussi, déclinés géographiquement. En 2016, afin d’offrir une alternative aux fonds obligataires de distribution, le Groupe mettra à disposition des réseaux une solution à objectif de rendement annuel. Enfin, côté clientèles institutionnelles, l’appétence pour les stratégies de Performance Absolue s’est confirmée en 2015 et devrait encore s’accentuer l’an prochain.

(1) Amundi Patrimoine et Amundi Vie n’offrent pas de garantie de performance et présentent un risque de parte en capital.

GESTION PASSIVE, ETF, INDICIEL ET SMART BETA
AMUNDI, UN ACTEUR INCONTOURNABLE DE LA GESTION PASSIVE

La gestion passive bénéficie d’une croissance soutenue au niveau mondial et les solutions ETF et fonds indiciels représentent aujourd’hui 15% des encours de l’industrie. Portée par cet environnement positif, l’activité ETF, Indiciel et Smart Beta d’Amundi a terminé l’année 2015 en franchissant la barre des 55 Mds€ d’encours. La croissance de l’activité repose sur les engagements forts défendus auprès de la clientèle internationale : s’appuyer sur la taille d’Amundi pour proposer un pricing power (1) toujours plus compétitif, et être à l’écoute constante des investisseurs pour leur offrir des expositions innovantes et adaptées. Grâce à une tarification attractive pour ses solutions indicielles et une réplication performante dans un cadre de risque maîtrisé, Amundi est devenue un acteur incontournable de la gestion passive. L’innovation reste le mot d’ordre avec la création des premiers ETF permettant de prendre en compte le risque carbone ou des ETF Smart Beta (2) combinant plusieurs facteurs de risque. Amundi ETF, Indiciel et Smart Beta répond aujourd’hui aux besoins de toutes les catégories d’investisseurs, et se réaffirme comme un interlocuteur de confiance pour de grands institutionnels, des fonds souverains, des réseaux de distribution en Europe et en Asie. Ces réalisations en 2015 confortent l’ambition du Groupe de devenir l’alternative européenne aux acteurs anglosaxons de la gestion passive. En 2016, Amundi partira à la conquête du marché asiatique des ETF et continuera à innover pour accompagner les investisseurs, notamment avec le soutien des équipes de recherche d’Amundi, sur des thématiques telles que le Smart Beta.

(1) Pricing Power : fait pour une société de pouvoir fixer ses prix de vente en fonction de ses coûts de revient tout en conservant sa clientèle.
(2) Smart Beta : qualifie une stratégie de placement boursier qui s’éloigne de la détention d’une fraction du portefeuille de marché pour se concentrer sur des sous-ensembles particuliers de titres (sociétés à faibles Price Earning Ratio, petites capitalisations, fort taux de distribution, actions à faible volatilité, etc.) dont il est espéré qu’ils superformeront le marché.

Actifs réels et alternatifs
SUCCÈS CONFIRMÉ ET NOUVELLES COMPÉTENCES

La tendance amorcée ces dernières années se confirme : les actifs dits « réels » continuent à attirer une part croissante des capitaux mondiaux (1), et sont de moins en moins considérés comme des placements « alternatifs ». Institutionnels et particuliers ont déjà intégré l’immobilier au cœur de leurs portefeuilles. Ils devraient les ouvrir plus largement aux autres actifs réputés moins liquides. Acteur historique sur les marchés de l’immobilier et du private equity, sur lesquels elle occupe une position dominante, Amundi est désormais présente dans le domaine de la dette privée et des infrastructures. Fruit d’un partenariat avec EDF, Amundi Energy Transition (2) devrait réaliser ses premiers investissements début 2016 et alimenter les deux solutions dédiées aux thématiques des énergies renouvelables et de l’efficience énergétique. Le principe du partenariat dans le secteur des infrastructures, très novateur, est déjà en cours de déclinaison. Amundi a créé fin décembre une société commune avec son partenaire local en Chine avec l’objectif d’accéder au marché à très fort potentiel des infrastructures chinoises. La plate-forme de dette privée, lancée fin 2014, connaît un succès toujours aussi fulgurant. Les deux premiers sous-jacents à y avoir été intégrés – les dettes sur les petites et moyennes entreprises (PME) non cotées, et les émissions privées des grandes entreprises non cotées – représentaient un encours, à fin 2015, d’environ 5 milliards d’euros. Amundi s’est en outre positionnée sur le marché du financement d’actifs réels. Un premier fonds dédié au secteur aéronautique pourrait recueillir jusqu’à 3 milliards d’euros. Il sera rejoint prochainement par des véhicules de financement spécialisés sur les secteurs déjà suivis par les équipes Actifs réels et alternatifs d’Amundi – immobilier, capital investissement, dette privée, infrastructures –, avec un objectif stratégique de moyen terme : adapter aux instruments de dettes la connaissance acquise dans l’analyse diligentée pour les investissements en fonds propres. L’expertise Private Equity, quant à elle, maintient ou augmente sa position relative dans un marché moins porteur qu’en 2014, tout du moins sur le segment gestion directe – investissement au capital d’entreprises françaises de taille intermédiaire – dont les encours sont restés stables par rapport à l’an dernier. L’activité sélection de gérants (4,3 milliards d’euros) s’est employée à renforcer sa visibilité tant interne – en faisant davantage jouer les synergies Groupe – qu’externe – avec le lancement de nouveaux supports de communication. Enfin, Amundi Immobilier, dédiée au développement, à la structuration, et à la gestion de fonds immobiliers réalise une année exceptionnelle, notamment en raison d’une collecte record sur les produits collectifs de la « pierre papier », OPCI (3) (1,4 milliard d’euros de collecte) et SCPI (4) (500 millions d’euros), distribués par ses réseaux partenaires. Avec une collecte nette de 3 milliards au total et près de 12 milliards d’encours à fin 2015, Amundi se positionne donc à la première place, comme l’an dernier, des collecteurs de fonds investis dans l’immobilier en France (5), mais également, désormais, en termes de stocks. Une réussite hexagonale que le Groupe commence à décliner à l’international, en lançant un premier fonds institutionnel d’immobilier paneuropéen, ou en commercialisant des versions locales de ses véhicules OPCI dans les réseaux partenaires européens. Plus globalement, Amundi se prépare déjà à la commercialisation de ses expertises en actifs réels sous une forme plus banalisée, notamment en tant que « briques » éligibles aux allocations des fonds flexibles et autres solutions multi-actifs.

(1) 11 % de croissance en 2015 – Source : Tower Watson.
(2) Détenue à 60 % par le groupe Amundi et à 40% par EDF.
(3) OPCI : organisme de placement collectif immobilier.
(4) SCPI : société civile de placement immobilier.
(5) Source : Europerformance – Décembre 2015.

LE CONTRÔLE DES RISQUES
AU COEUR DE LA RELATION DE CONFIANCE

La gestion et le contrôle des risques font partie intégrante de la promesse d’Amundi. Garant du respect des engagements explicites et implicites vis-à-vis des clients, le dispositif de contrôle est déployé sur l’ensemble des activités et des entités du Groupe. Il regroupe plusieurs équipes aux missions distinctes et complémentaires, s’appuyant sur des procédures, outils, et modalités d’intervention harmonisés. Spécialisées par nature de risque et par type de gestion, elles interviennent au contact et en concertation avec les équipes de gestion, dans un souci constant de simplification et d’appropriation des règles, et de diffusion d’une culture de la maîtrise des risques à l’ensemble du Groupe. Indépendantes des équipes opérationnelles, les fonctions de contrôle – Risques, Conformité et Audit – sont placées sous la responsabilité directe d’un Directeur Général Délégué. Leur organisation est ajustée au gré de l’évolution du périmètre d’intervention d’Amundi et adaptée aux changements réglementaires.

PLATE-FORME DE COMPTES GÉRÉS
UN NOUVEAU PARTENARIAT PROMETTEUR

Amundi Alternative Investments a construit un fonds sur mesure à la demande d’une institution financière du Moyen-Orient souhaitant se développer en Europe via une infrastructure de comptes gérés, clés en main. Elle a capitalisé sur la qualité et le caractère innovant de sa plate-forme irlandaise de fonds d’investissements alternatifs (FIA), largement utilisée pour ses propres fonds de fonds, pour conclure un mandat de services de « type infrastructure ». La solution permet la mutualisation des coûts, ainsi qu’un accès facilité au marché régulé de l’Union européenne (UE) pour des partenaires non européens.

LA LIQUIDITÉ SUR LES MARCHÉS OBLIGATAIRES
UNE RÉPONSE ADAPTÉE

La liquidité sur les marchés obligataires mondiaux est en baisse constante depuis plusieurs années. À l’origine de ce phénomène, la conjonction de trois facteurs : une hausse importante et continue des encours détenus par les investisseurs sous forme de fonds, en raison de la très forte expansion des marchés du crédit ; une contraction de l’offre globale perceptible sur le segment de la dette souveraine, monopolisée par les banques centrales au travers de leurs dispositifs d’assouplissement monétaire ; enfin, et surtout, une diminution très significative des engagements des teneurs de marché, beaucoup de banques d’investissement ayant réduit ces activités en raison de contraintes réglementaires plus drastiques. Face à ce nouveau contexte, Amundi a fait évoluer en 2015 ses outils de pilotage et de contrôle du risque de liquidité sur ses stratégies d’investissement. Attentive à assurer un traitement équitable à tous ses clients, eu égard aux conditions de liquidité sous-jacentes, elle a pris un certain nombre de mesures supplémentaires afin de limiter l’impact d’un éventuel choc de marché sur la performance de ses fonds obligataires et la liquidité de leurs parts. Le contrôle de la liquidité des portefeuilles a été renforcé, aussi bien par une appréciation plus fine de la liquidité des actifs détenus – mesure des coûts et délais de liquidation, impact des transactions sur les portefeuilles… – que par une évaluation approfondie des scénarios de rachat quelles que soient les conditions de marché – analyse du comportement passé des investisseurs par catégorie d’actifs et typologie de clients, degré de concentration du passif, etc. Une amélioration du niveau d’information qui a permis aux équipes de gestion et de contrôle des risques d’Amundi de définir, pour chaque famille de fonds, un degré de stress « perçu » et d’y associer une politique de liquidité spécifique. Enfin, le Groupe a renforcé ses moyens pour gérer les conséquences d’une crise de liquidité obligataire au travers de plusieurs initiatives : introduction de nouvelles politiques de valorisation des fonds (1)  plus équitables pour les porteurs de parts ; mise en place de mécanismes de gestion des crises ; et, plus fondamentalement, consolidation de son accès à la liquidité de marché via des accords contractuels et exclusifs avec des groupes bancaires internationaux.

(1) Mécanisme de swing pricing, ou valeur liquidative ajustée.

Gestions : aits marquants 2015
De l’édition 2015 de l’Amundi World Investment Forum à la signature du protocole d’entente sur le Green Finance Fund, l'année 2015 a été marquée par de nombreuses actualités.
Découvrir les faits marquants des équipes gestions en 2015
Organisation de l'édition 2015 de l'Amundi World Investment Forum
Les solutions Amundi Patrimoine et Protect 90 déclinées au Japon
Premier mandat overlay pour Amundi
Le fonds Silver Age décliné en Asie
Une initiative contre le réchauffement climatique
Des rencontres organisées entre BFT IM et ses clients
Renforcement du dispositif d'information envers le public
Amundi World Investment Forum
“LOOKING BEYOND THE HORIZON”

Résolument prospectif, le thème de l’édition 2015 de l’Amundi World Investment Forum a réuni près de 400 clients, venus de 50 pays différents. Plusieurs experts internationaux de renom – dont Jean Tirole et Robert J. Shiller, prix Nobel d’économie, ou Lawrence H. Summers, ancien Secrétaire au Trésor américain – participaient, aux côtés des experts d’Amundi, à cet événement de renommée désormais mondiale. Pour la première fois, le Forum était couvert par la presse internationale, et relayé sur les réseaux sociaux.

Nouveaux fonds
DÉCLINAISON JAPONAISE

Les ménages japonais orientent de plus en plus leur épargne vers des produits financiers. Pour répondre à cette demande, Amundi Japon a décliné pour le marché retail  japonais les solutions Amundi Patrimoine et Protect 90 (1). Un matériel marketing inédit a été développé pour soutenir ces lancements.

(1) Amundi Patrimoine et Amundi Protect 90 n’offrent pas de garantie de performance et présentent un risque de perte en capital.

Mandat Overlay
UNE COUVERTURE DE L'ENSEMBLE DES ACTIFS

Amundi s’est vu confier par un grand institutionnel européen son premier mandat d’envergure de couverture systématique du risque d’exposition aux marchés. Amundi héberge l’intégralité des encours délégués – 1,9 Md € –, essentiellement investis en actions internationales. Elle assure, via des stratégies optionnelles systématiques, une couverture dite overlay de l’ensemble des actifs afin de limiter, de manière quasi permanente, le risque de perte en cas de forte correction des marchés actions. Une reconnaissance pour le savoir-faire du Groupe en matière d’options et de gestion de la volatilité, et sa capacité à transformer des produits de couverture en outils d’investissement.

Silver Age
DÉVELOPPEMENT EN ASIE

Les réseaux de distribution partenaires d’Amundi en Asie ont décliné en local le fonds thématique Silver Age de CPR AM (1).

(1) CPR Silver Age n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.

Green Finance Fund
UNE INITIATIVE CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Amundi est à l’origine d’une nouvelle initiative contre le réchauffement climatique. Le 2 novembre dernier, à Pékin, Bernard Carayon, Directeur des Fonctions de Pilotage et Contrôle et Liu Shiyu, Président de l’Agricultural Bank of China (ABC), ont signé un protocole d’entente sur le Green Finance Fund, en présence du Président chinois Xi Jinping et du Président François Hollande. Objectif de ce fonds    « vert » : attirer davantage d’investissements dans les énergies renouvelables, afin de réaliser les économies d’énergie et les exigences en matière de réduction des émissions fixées par la France, la Chine et l’Organisation des Nations unies.

BFT Le Club
DES RENCONTRES AVEC LES PARTENAIRES

Chaque trimestre, économistes et gérants du Groupe rencontrent nos clients partenaires pour répondre à leurs problématiques d’investissement et bénéficier d’un éclairage sur le contexte économique et financier.

Cotation
UN DISPOSITIF D’INFORMATION RENFORCÉ

En tant qu’entreprise nouvellement cotée, Amundi renforce son dispositif d’information envers le public. Elle publie désormais un Document de Référence (1)  regroupant l’essentiel des informations dites réglementées, plus détaillées que celles précédemment fournies à ses actionnaires. Une équipe de Communication Financière et Relations Investisseurs a été constituée afin de répondre à ces nouvelles exigences.

(1) Document de Référence disponible sur demande à investor.relations@amundi.com

Découvrir le témoignage de
Jean-Sébastien LEONI
JEAN SÉBASTIEN LEONIDIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT FINANCES, NGE

 

Nous avons choisi Amundi pour réaliser notre projet d’actionnariat salarié : un asset manager qui a répondu précisément aux besoins et au contexte d’une société non cotée, qui a su être réactif et faire preuve de conseils à toutes les étapes. En nous appuyant sur leur expertise en épargne salariale, nous avons structuré l’opération sous tous ses aspects (juridique, financier, communication…) dans l’intérêt de nos salariés. 56 % d’entre eux sont aujourd’hui actionnaires de l’entreprise : c’est le résultat d’un vrai travail d’équipe.”

 

 

NGE est une entreprise française de travaux publics.

 

les gestions en chiffres Données au 31 décembre 2015
Expertises d’Amundi
à forte collecte en 2015
Actions : 6 Mds€
Multi-actifs : 11,7 Mds€
Obligataire : 24,4 Mds€
125
Mds€
d’encours en gestion
Actions.
Amundi Patrimoine(1)
a fêté ses 3 ans :
avec 4,8 Mds€ d’encours
sous gestion, le fonds compte
plus de 500 000 clients.
4,5 Mds€
d’encours Low Carbon gérés
par Amundi
.
ISAE 3402
Certification du périmètre
« Institutionnels »
.
RQFII
Licence obtenue par Amundi Hong Kong permettant aux clients d’Amundi d’accéder aux actifs chinois.
0%
de la collecte d'Amundi
concerne des actifs
à moyen et long termes.
N°1
Amundi est au premier
rang des sociétés de
gestion dans le Palmarès
Général Amadeis.
BFT IM y a été désigné
Meilleur Gérant monétaire(2).
N°1
Amundi nommée
European ETF Provider
of the Year 2015
par le magazine Funds
Europe en 2015(2).
3,4 Mds€ collecte nette d'Amundi
pour l'expertise ETF.
20 Mds€ d'encours totaux ETF d'Amundi.
TOP 5
Amundi parmi le top 5
des fournisseurs d'ETF en Europe(3).
0 %
taux de transformation
à l'échéance des fonds
structurés vers Amundi
Vie(1) auprès des clients
de plus de 75 ans.
AMUNDI
LONDRES
a été élue Meilleur Gérant
d’actifs en Performance Absolue
par Institutional Investor
lors de la cérémonie
des European Awards 2015(2).
Best Fixed
Income House
NH-CA, la joint venture entre
Amundi et la banque coréenne
NH, a remporté le titre de Best
Fixed Income House pour la
deuxième année consécutive aux Asian Investor Korea Awards.
MULTI-ACTIFS
Les stratégies Multi-actifs
et Performance Absolue
sont désormais proposées à une
large clientèle internationale
(Europe et Asie) grâce à
la création d’un compartiment
luxembourgeois dédié.
Low Carbon
CPR Europe Low Carbon(1),
fonds d'actions européennes,
vise à surperformer l'indice
MSCI Europe, tout en réduisant
l'empreinte carbone du portefeuille
d'au moins 40% pour
les émissions actuelles.
N°1
PIERREPAPIER.FR À DÉCERNÉ EN JUILLET
DERNIER À AMUNDI IMMOBILIER
LE PRIX DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION
AYANT RÉALISÉ LA MEILLEURE
COLLECTE EN 2014(2).
ETF PRIMÉS
Les ETF primés aux Milano
Finanza Global Awards(2). Amundi
a reçu le prix triple A pour son
fonds indiciel Amundi Funds Index
Equity North America ME
Cap EUR(1) et le prestigieux
Golden Lion, qui récompense les
sociétés dont la communication
se distingue dans l’univers
financier, pour sa campagne de
publicité ETF en 2014.
  • (1) Amundi Patrimoine, Amundi Vie, CPR Europe Low Carbon et Amundi Funds Index Equity North America ME Cap EUR n'offrent pas de garantie de performance et présentent un risque de perte en capital.
  • (2) Voir méthodologie et glossaire.
  • (3) Source : rapport annuel Deutsche Bank, 2015.
Les clientèles
d'Amundi
Clientèles : des solutions d'investissement sur mesure
Les solutions d’investissement Amundi conquièrent des parts de marché sur tous les fronts, réseaux et institutionnels, y compris en France.
Découvrir le bilan 2015 d'Amundi par type de clientèle

L’international continue à représenter la majorité des nouveaux encours, et témoigne de l’efficacité commerciale du Groupe et de sa capacité à adapter son offre aux spécificités locales.

Réseaux et distributeurs externes
Épargne Salariale et Retraite
Entreprises
Institutionnels et Entités Souveraines
Un service client à valeur ajoutée
Améliorer l'information digitale
Réseaux et distributeurs externes
MONTÉE EN PUISSANCE DE LA COLLECTE

Les solutions d’investissement d’Amundi ont de nouveau été plébiscitées tant en France qu’à l’international pour les réseaux partenaires et les distributeurs externes. Amundi continue donc à recueillir les fruits du positionnement stratégique amorcé en 2013 : adoption d’une culture « solutions », simplification des gammes et segmentation des offres par typologie de clientèles. Dans les réseaux historiques, en France, les solutions d’Amundi ont bénéficié d’un levier commercial plus intense grâce à la multiplication des outils relationnels et digitaux, tels que les Amundi Rendez-Vous patrimoniaux, ou les web conférences organisées avec clients et conseillers. La distribution des solutions de gestion conseillée a été promue, avec succès, dans les réseaux Crédit Agricole et LCL. Ces derniers ont par ailleurs profité de l’engouement généralisé pour les produits de la pierre-papier, notamment ceux éligibles à l’assurance-vie. L’introduction d’un fonds à objectif de performance prudent (Amundi Vie (1)) aura également permis de drainer une partie, plus importante que les années précédentes, de l’épargne issue des fonds à échéance. Les mandats de gestion, enrichis de manière à couvrir toutes les typologies de besoins client, expliquent l’amélioration de la collecte des réseaux Société Générale et Crédit du Nord. En 2016, l’introduction des OPCI (2) dans les offres assurances-vie devrait constituer, pour ces réseaux, une nouvelle source de croissance. Concernant la Distribution Externe, la collecte réalisée cette année en France, et à l’international est encore plus significative. Les flux enregistrés sont en forte hausse – 12 milliards d’euros, dont 11 milliards d’euros en Europe et 1 milliard d’euros en Asie –, et se sont portés notamment sur les gammes Fixed Income dans la première partie de l’année, puis sur les solutions monétaires et multi-actifs dans la seconde et le succès de l’OPCI. Ces succès s’expliquent par l’arrivée à maturité de l’approche commerciale mise en place en 2013 – les distributeurs sont abordés dans une double logique institutionnelle et retail –, et par la notoriété croissante d’Amundi à l’international. En France, la dynamique commerciale auprès des distributeurs, accompagnée d’un intense effort marketing, aura permis au Groupe de recueillir près de 5 milliards d’euros cette année. À l’international (Italie, Espagne, Suisse et Benelux), ces efforts déployés ont permis de remporter de nombreux succès. Cette stratégie envers les distributeurs externes, au niveau mondial, sera poursuivie l’an prochain avec un double objectif : amélioration continue d’un service proche des attentes des clients ; et concentration des relations autour des plus grands distributeurs mondiaux.

(1) Amundi Vie n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.
(2) Organisme de Placement Collectif en Immobilier.

Épargne Salariale et Retraite
CONSOLIDATION EN FRANCE, ET FORT POTENTIEL DE DÉVELOPPEMENT EN EUROPE

La croissance des marchés de l’Épargne Salariale et Retraite (ESR) est restée soutenue en 2015. Sur un an, les encours gérés en PEE (1) et en PERCO (2) ont progressé de 8 %, pour atteindre 120 milliards d’euros à fin décembre. Dans ce contexte porteur, Amundi consolide sa position de leader français et européen, avec une part de marché de 41 %, tous dispositifs confondus. Elle augmente même sa présence relative sur le marché de l’actionnariat salariés en Europe, en réalisant pas moins de 30 opérations en 2015. Une dynamique qui devrait se poursuivre en 2016, sous l’effet de plusieurs facteurs : l’amélioration des résultats des entreprises, conduisant à une nouvelle augmentation des flux en faveur des dispositifs d’ESR ; une tendance de plus en plus structurelle des émetteurs à vouloir associer leurs salariés au capital de l’entreprise, via des plans d’épargne salariale ; et une évolution favorable de la législation en France, introduite par certaines mesures de la loi Macron, qui devrait profiter notamment aux PERCO dont le taux de croissance des encours représentait déjà, en 2015, plus des deux tiers de la collecte nette en Épargne Salariale et Retraite. Cette réforme réglementaire aura notamment pour effet de clarifier les objectifs et les horizons de placements respectifs des enveloppes Épargne Salariale et Épargne Retraite.

 

Une évolution favorable de la législation française

En imposant, désormais par défaut, la mise en place d’une grille à gestion pilotée au sein des PERCO, et en favorisant l’élargissement de leur spectre d’investissement aux actions de petites et moyennes entreprises (PME) et d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) éligibles aux PEA-PME, la législation française pousse à l’émergence des placements conçus dans une optique de long terme. Une opportunité qu’Amundi va mettre à profit dès 2016 en lançant une nouvelle solution d’investissement dédiée aux PERCO. Cette solution sera construite autour d’une allocation de long terme – huit ans minimum –, diversifiée sur plusieurs classes d’actifs – cotées et non cotées, traditionnelles comme les actions ou plus novatrices comme la pierre-papier. En Europe, l’offre d’Amundi en matière de retraite à contributions définies est désormais totalement opérationnelle, et devrait commencer à prendre son essor en 2016. Premier acteur à disposer d’une solution totalement paneuropéenne (3) en cours, le Groupe propose à la fois un véhicule assurant la gestion centralisée des plans de retraite multi-employeurs en Europe et à l’international, et une plate-forme de gestion administrative flexible et adaptable aux spécificités de chaque entreprise et réglementations nationales.

 

Un socle commun des plans d’épargne retraite

Amundi est ainsi l’un des rares opérateurs mondiaux à offrir aux entreprises multinationales un socle commun de gestion pour l’ensemble de leurs plans d’épargne retraite, quels que soient le nombre et la diversité de leurs implantations locales. Elle est en effet, en 2015, le seul asset manager à proposer un fonds de pension transfrontalier ayant vocation à couvrir sept pays européens – plus un compartiment monde –, un nombre qui devrait encore s’accroître prochainement. Amundi est déjà en discussion très avancée avec de grands groupes français, européens, mais aussi internationaux, tous intéressés par cette solution globale. Le succès attendu d’Amundi Retirement Solutions (3) dès 2016 devrait permettre au Groupe de mettre en place encore plus rapidement sa stratégie de développement en Europe, et d’y décliner les autres expertises en gestion ESR – et notamment l’actionnariat salarié des entreprises européennes – acquises sur le marché français.

(1) Plan d’Épargne Entreprise.
(2) Plan d’Épargne Retraite Collectif.
(3) Amundi Retirement Solutions n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.

Entreprises
DES SOLUTIONS MONÉTAIRES EN ADÉQUATION AVEC LEURS BESOINS

La politique d’assouplissement monétaire de la BCE s’est poursuivie en 2015. Il en a résulté une nouvelle dégradation des rendements des taux d’intérêt européens, la partie à plus court terme de la courbe passant même en territoire négatif. Ce contexte de marché a permis aux solutions de trésorerie développées par Amundi d’accroître leur taux de pénétration auprès des clientèles d’entreprises françaises et européennes. Ayant choisi de privilégier les solutions monétaires classiques (de un à trois mois), moins impactées par la baisse des taux d’intérêt que les solutions de court terme (moins d’un mois), le Groupe a en effet pu proposer des solutions de placement plus attractives en termes de rémunération et de couple rendement/risque. Un choix stratégique qui s’est avéré payant en France mais aussi en Europe, où les équipes locales d’Amundi se sont livrées depuis 2013 – début de la commercialisation hors de France des fonds monétaires classiques à valeur liquidative variable – à un important travail de pédagogie valorisant la pertinence de ce processus de gestion monétaire.

 

L’intérêt des solutions de trésorerie longue

Des efforts récompensés par l’explosion de la collecte réalisée en 2015 (3 milliards d’euros en Europe hors de France, soit plus de trois fois le niveau de la collecte 2014), qui participe à la hausse des encours pour le segment corporates de 10 milliards d’euros entre décembre 2014 et 2015. Le Groupe réalise notamment une percée en Allemagne, aux Pays-Bas, en Finlande, et au Royaume-Uni (sur des solutions en livre sterling). Sur le marché français, il consolide son statut de leader en gestion de trésorerie, avec 45,5 % des encours nationaux (1). L’année 2016, qui devrait voir se poursuivre le mouvement de baisse des rendements, sera l’occasion pour Amundi de sensibiliser les directions financières à l’intérêt des solutions de trésorerie longue, une autre de ses spécialités. Autre enjeu pour les prochaines années : développer la clientèle des fonds de pension d’entreprise en Europe en leur proposant des solutions d’optimisation de la gestion financière et d’organisation de leurs plans à prestations définies et en les accompagnant dans le développement des plans à contributions définies.

(1) Part de marché de l’expertise monétaire d’Amundi en France à fin décembre 2015.

Institutionnels et Entités Souveraines
NOTORIÉTÉ CONFIRMÉE ET CONSOLIDÉE

Parmi les avancées notables sur ce segment de clientèle, figure notamment le mandat de la BCE : Amundi l’assiste dans son programme d’achat d’instruments de titrisation. Le Groupe a su par ailleurs se positionner comme un acteur clé dans la lutte contre le réchauffement climatique, en codéveloppant des indices Low Carbon innovants permettant de gérer les risques liés au climat.

 

Un engagement pour le climat

Amundi est également l’un des quatre fondateurs de la Portfolio Decarbonization Coalition (Coalition pour la décarbonisation des portefeuilles dite PDC (1)). Cette plate-forme, placée sous l’égide des Nations unies, réunit tous les investisseurs déjà engagés à intégrer les risques climatiques dans leurs politiques d’investissement. Alors qu’un engagement ambitieux avait été fixé un an auparavant à 100 milliards de dollars, la PDC a annoncé lors de la COP 21 que ses 25 membres (représentant plus de 3,2 trillions de dollars d’encours) avaient pris l’engagement de « décarboner » leurs portefeuilles à hauteur de 600 milliards de dollars. Ces réussites illustrent la capacité du Groupe à répondre à des problématiques globales, de manière innovante et concrète. Amundi se positionne ainsi parmi les plus grands asset managers mondiaux, capable non seulement d’offrir une large gamme de produits mais également des solutions sur mesure. Un statut qui s’est traduit, en 2015, par un niveau de collecte record, établi à près de trois fois supérieur à celui enregistré en 2014.

(1) Portfolio Decarbonization Coalition : en septembre 2014, Amundi a cofondé avec AP4, UNEP-FI et CDP la Coalition pour la Décarbonisation des Portefeuilles (Portfolio Decarbonisation Coalition ou PDC), sous l’égide des Nations unies. Établie comme une véritable plate-forme de partage de bonnes pratiques, elle a comme objectif ambitieux de réunir les investisseurs engagés à prendre en compte les effets du réchauffement climatique dans la gestion de leurs portefeuilles. La PDC comptabilise désormais 23 membres de huit pays différents qui se sont engagés à réduire l’empreinte carbone de leur portefeuille sur un encours cumulé de plus de 230 milliards de dollars.

SERVICE CLIENT
UN SERVICE TOUJOURS PLUS ADAPTÉ

Amundi s’est toujours attachée à offrir aux investisseurs de long terme des services à forte valeur ajoutée, et à leur apporter des solutions sur mesure, adaptées à leurs attentes spécifiques en termes d’allocation stratégique. Elle compte désormais étendre son offre au-delà des produits de gestion d’actifs « purs », pour couvrir d’autres activités et mieux répondre à l’évolution des besoins clients. Ces nouveaux services, troisième « brique » dans l’offre Amundi, incluent le conseil, la recherche, l’exécution et la gestion fiduciaire, mais aussi d’autres prestations telles que la fourniture d’outils et d’infrastructures, jusqu’au développement d’offres dans le domaine du digital (les extranets). Une partie de ces nouvelles offres, modulables, sont déjà commercialisées. Certaines sont directement issues des fonctionnalités de la plate-forme opérationnelle intégrée d’Amundi. Il s’agit de services qui viennent s’intégrer en amont de l’acte de gestion, comme par exemple des outils de recherche et de consolidation de l’information, ou d’aide à la gestion tels que la tenue des positions, la simulation des positions en fonction d’hypothèses de marché, la simulation de l’impact des investissements sur le respect des contraintes réglementaires… Ces services couvrent également le passage d’ordre proprement dit, et le traitement opérationnel et comptable des opérations (vérification des exécutions, réconciliation, règlement livraison, etc.). Enfin, en aval de la gestion, sont inclus tous les services de contrôle et de reporting, paramétrés aux besoins et contraintes règlementaires spécifiques des investisseurs. Dans la plupart des cas, il ne s’agit pas simplement de proposer une mise a disposition – sécurisée – de la plate-forme Amundi, mais bien d’ajouter à cette prestation technique un ensemble de services et de conseils a valeur ajoutée. Ce type de prestations intéresse notamment certains gestionnaires d’actifs, de taille plus modeste qu’Amundi, qui peuvent ainsi bénéficier de l’expertise du Groupe dans un certain nombre de fonctionnalités. Cette offre s’adresse également à certains clients institutionnels qui souhaitent piloter eux-mêmes, avec efficacité, une partie de leurs encours sous gestion.

INFORMATION DIGITALE
UNE ADAPTATION AUX BESOINS DES DIFFÉRENTES CLIENTÈLES

Si 2015 a pu être l’année de la refonte des sites Internet, 2016 sera celle des extranets. Amorcée avec le lancement du nouveau site amundi.fr, en janvier 2015, la refonte de l’ensemble des sites pays sera en effet achevée au premier semestre 2016. Son objectif : passer d’une approche empirique à une logique client, simple et intuitive, et orientée besoin. Une mission réussie, puisque les sites du Groupe sont désormais au niveau des meilleures pratiques constatées sur le web dans notre industrie. Ils sont également construits autour d’une structure commune, afin de projeter une image numérique unifiée et cohérente d’Amundi partout dans le monde. Le Groupe peut donc désormais passer à une seconde étape en matière de digitalisation : le redéploiement des espaces privatifs dédiés aux différentes clientèles, et leur adaptation aux besoins qu’elles expriment. Cette refonte des extranets va s’appuyer sur la plate-forme opérationnelle intégrée d’Amundi afin de faciliter la personnalisation des informations mises à la disposition des clients. Les clientèles institutionnelles bénéficieront ainsi d’un service totalement paramétrable, ajusté à leurs contraintes spécifiques, notamment réglementaires. Elles pourront à terme choisir la nature, la périodicité et le format des informations auxquelles elles souhaitent avoir accès dans leur espace privatif. Une logique qui sera ensuite déclinée auprès de la clientèle des réseaux, mais avec un niveau de personnalisation moins poussée.

Découvrir le témoignage de
Davide GOLDONI
DAVIDE GOLDONIDIRECTEUR DE LA CLIENTÈLE PRIVÉE, DIVISION RETAIL, CARIPARMA

 

Les synergies que nous avons développées avec Amundi nous permettent d’offrir à nos clients des solutions d’investissement innovantes, conçues efficacement pour répondre précisément à leurs besoins. Les flux du groupe Cariparma vers les produits d’Amundi, qui s’élèvent en 2015 à 1,7 milliard d’euros, en sont la preuve la plus probante. Le roadshow Amundi Rendez-vous, dédié à la finance, qui propose des éclairages macro-économiques, des produits et des échanges avec les clients, joue un rôle important. C’est un événement très apprécié des clients, qui renforce non seulement la confiance entre Cariparma et eux, mais aussi entre Amundi et Cariparma.”

 

 

Le groupe Cariparma Crédit Agricole est un acteur bancaire majeur en Italie.

Clientèles : faits marquants 2015
Du lancement de la nouvelle campagne de marque aux différents succès commerciaux, l'année 2015 a été marquée par de nombreuses actualités.
Découvrir les faits marquants 2015 des équipes commerciales
Première campagne de marque lancée par Amundi
De nombreux événements pour les distributeurs français
Amundi se classe parmi les premiers gestionnaires d'actifs européens
Le magazine Mieux Vivre Votre Argent récompense le groupe Amundi et ses réseaux partenaires
Taiwan Mega Funds et Amundi signent un protocole d'entente
Double certification pour Amundi Tenue de Comptes, le web d'Amundi Japon classé
CPR AM récompensé par le prix du meilleur service client
Campagne de marque
« YOUR INVESTMENT MANAGER, YOUR TRUSTED PARTNER »

Amundi a lancé sa première campagne publicitaire de marque. Articulée autour du concept simple « Your Investment Manager, Your Trusted Partner », elle s’appuie sur les fondamentaux du Groupe : son positionnement (un leader européen), son métier (gestionnaire d’actifs), sa signature (partenaire de confiance). Lancée en septembre 2015 en France, au Royaume-Uni, en Suisse, en Autriche et en Asie afin de renforcer la notoriété et l’image du Groupe auprès des professionnels, elle s’est traduite par une présence publicitaire ciblée : aéroports, gares et stations de ski.

DISTRIBUTION FRANCE
UN TRÈS LARGE DISPOSITIF ÉVÉNEMENTIEL

Un très large dispositif événementiel, Amundi Rendez-vous, et plusieurs événements dédiés ont permis à Amundi de partager ses vues de marché avec quelques centaines de clients banquiers privés et distributeurs.

Classement Extel
UNE RECHERCHE DE QUALITÉ AU SEIN D’AMUNDI

Cette année encore, le classement Extel (1) confirme le classement de la recherche d’Amundi parmi les trois premiers gestionnaires d’actifs européens. Un gage solide de la qualité de sa recherche.

(1) Classement Extel : enquête menée auprès d’entités sellside, buyside et d’entreprises en 2015. 530 maisons de courtage, 1565 entreprises et 916 asset managers ont pris part à l’enquête. Parmi les participants, 271 entités sellside et 867 entreprises ont voté pour des sociétés buyside et des employés individuels. La méthodologie et les résultats complets de l’enquête figurent sur le site Internet d’Extel : www.extelsurveys.com

Corbeilles d'Or
UNE NOUVELLE DISTINCTION

La régularité des performances de la gestion d’Amundi de nouveau distinguée… En 2015, et pour la troisième année consécutive, c’est encore l’un des trois grands réseaux bancaires partenaires d’Amundi – la Société Générale – qui obtient la Corbeille d’Or du magazine Mieux Vivre Votre Argent. Les deuxième et troisième places de ce prix qui récompense les meilleures gammes de Sicav et fonds communs de placement pour leurs performances sur un an, sont respectivement occupées par Crédit Agricole et LCL. Au total, le Groupe et ses réseaux partenaires remportent 12 récompenses, dont la Corbeille Spéciale 30 ans pour LCL et la Corbeille Long Terme pour Crédit Agricole (1).

(1) Corbeilles Mieux Vivre Votre Argent 2015 : classement du magazine Mieux Vivre Votre Argent établi sur la base des performances sur un an de plus de 3 000 Sicav, FCP et FCPE, arrêtées à fin juin 2015 (source Europerformance).

Taiwan Mega Funds
SIGNATURE D'UN PROTOCOLE D'ENTENTE

Amundi a signé, début décembre 2015, un protocole d’entente avec Taiwan Mega Funds, la branche gestion d’actifs de Mega Holdings, l’un des principaux établissements financiers taïwanais. Une nouvelle étape dans la voie d’une coopération plus large entre les deux entités, déjà conjointement engagées dans le conseil sur les actions européennes, comme l’a souligné Fathi Jerfel, Directeur Général Délégué du groupe Amundi, au moment de la signature. M. Tsai Yeou-Tsai, Président de Mega Holdings, a de son côté célébré ce partenariat avec Amundi, et s’est dit « déterminé à importer les bonnes pratiques du Groupe afin d’enrichir l’offre patrimoniale de son réseau bancaire ».

Certification et prix
RENOUVELLEMENT POUR AMUNDI TC, PRIX POUR AMUNDI JAPON

Amundi Tenue de Comptes est le seul teneur de comptes bénéficiant d’une double certification délivrée par AFNOR CERTIFICATION (1). En 2015, elle a été parmi les premiers établissements à obtenir le renouvellement de la certification qualité ISO 9001 pour son activité de tenue de comptes et conservation de parts en Épargne Salariale et Épargne Retraite. Au Japon, le site web d’Amundi refondu en juillet dernier, a été classé à la première place des sites de gestionnaires d’actifs étrangers et en 10e position parmi tous les gestionnaires (2). Principaux critères pris en compte par l’évaluateur : structure de navigation, facilité d’accès, et sentiment de confiance.

(1) Afnor Certification : Amundi Tenue de Comptes a été certifiée par AFNOR Certification, le 11 décembre 2015, ISO 9001 pour le système de management mis en place. Certificat n°1999 / 12670.11 valable jusqu’au 27/11/2017.
(2) Source : Morningstar.

3e ÉDITION DES TROPHÉES DE L'ASSET MANAGEMENT
PRIX DU MEILLEUR SERVICE CLIENT POUR CPR AM

A l’occasion de la 3e édition des Trophées de l’Asset Management d’Option Finance et Funds Magazine, CPR AM s’est vu décerner le prix du Meilleur Service Client (1).

(1) Trophées Option avec Funds : sur la base d’un questionnaire très détaillé envoyé à une trentaine de sociétés de gestion présélectionnées, le jury – composé de professionnels de la gestion d’actifs et représentants de la profession – se réunit pour un examen attentif afin d’être en mesure d’apprécier la qualité du service client de l’établissement. Il s’agit de répondre exhaustivement aux questions posées :
– organisation et moyens des équipes en charge du suivi de la relation clients (outils et fonctionnalités, formation des équipes) ;
– gestion de la relation (organisation, évolution du service, spécificités, traitement et délai de réponse demande clients, supports de communication, reporting, fidélisation).

Découvrir la filiale
AMUNDI IBERIA
Amundi IberiaDes partenariats de longue date

Amundi Iberia est le fruit de la fusion en 2010 des activités du groupe Amundi en Espagne et au Portugal.

Depuis plus de cinq ans, le groupe ING en Espagne a fait d’Amundi son partenaire de référence dans la gestion de ses Orange Profile Funds et de ses fonds indiciels. La collaboration étroite entre les équipes d’Amundi à Madrid et à Paris a permis de collecter 385 M€ en 2015, pour un total de 1,6 Md€ d’encours sous gestion avec ING en Espagne. Le partenariat avec ING couvre également d’autres aspects, tels que l’échange sur des problématiques MiFID II, ou encore l’élaboration de documents marketing.”

les clientèles en chiffres Données au 31 décembre 2015
31,3
Mds€
de collecte pour
nos joint ventures.
Collecte des joint ventures et
réseaux partenaires d'Amundi
Réseaux France : -3,6 Mds€
Réseaux Internationaux : 1,8 Md€
Distributeurs Tiers : 12 Mds€
Joint Ventures : 31,3 Mds€
1 Md€ d'encours atteint par
quatre distributeurs
d'Amundi Belgique.
0%
Taux d'entreprises clientes
d'Amundi Tenue de Comptes,
heureuse de la disponibilité
et de la compétence de ses
interlocuteurs(1).
181 Mds€
d'encours en gestion
de trésorerie.
Gestion de Fortune a
récompensé les expertises
Épargne Salariale et Retraite
& Immobilier d’Amundi,
(3e place) ainsi que CPR AM
dans son palmarès 2016 des
Meilleurs Fournisseurs de CGPI(1).
0
Amundi est
le 20 e gestionnaire
de fonds conforme
à la loi Charia (en termes
d'encours sous gestion)(1).
Amundi Iberia, classée 6e société
d'asset managemement étrangère
sur le marché espagnol(2).
1 Md€ d’encours pour Alliage Gestion et
1,1 Md€ d'encours pour la gestion
conseillée du réseau Crédit Agricole.
30 Mds€ d’encours pour Amundi Funds.
54 Mds€ d’encours pour la distribution externe.
0
ce sont plus de 30 global relationship managers
et environ 80 senior investment managers,
soit plus d'une centaine de personnes qui sont
au service de l'ensemble de nos clients
pour bâtir des relations
et partenariats de confiance.
600
Mds€
d'engagement de réduction
d'empreinte carbone des
portefeuilles de la PDC(3).
Memorandum
d’entente
People’s Insurance Company
of China et Amundi partageront
leur savoir-faire en matière
de recherche, d’allocations d’actifs
et d’investissement sur les marchés financiers.
NOUVEAUX
ACCORDS SIGNéS
EN ITALIE
En 2015, Amundi a signé de nouveaux
accords de distribution avec BancoPosta,
filiale de la poste italienne, Crédit Suisse
et la banque Mediolanum.
Amundi Taïwan
a obtenu en novembre 2015
la licence de Master Agent.
2,2 Mds€ d'encours pour OPCIMMO(4).
  • (1) Voir méthodologie et glossaire.
  • (2) Source Inverco.
    (3) Portfolio Decarbonization Coalition.
  • (4) OPCIMMO n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.
Les engagements d'Amundi
2015 : un tournant majeur en faveur des enjeux ESG
COP 21, loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, label ISR, scandales écologiques et de gouvernance... cette année a mis les enjeux ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) et RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) au cœur des préoccupations à la fois des investisseurs, des gestionnaires d’actifs et des émetteurs.
Découvrir les enjeux ISR et ESG d'Amundi

De nombreux événements ont eu lieu partout dans le monde pour accompagner le déploiement des enjeux ESG au sein de la communauté financière, auxquels Amundi, pionnière sur les questions ESG, a contribué, notamment en Europe, au Japon, à Hong Kong, au Canada, en Australie, et en Amérique latine.

Contribuer au déploiement de politiques ISR et ESG au sein de la communauté financière
Favoriser un dialogue interactif avec les émetteurs
Soutenir la transition énergétique et écologique
Politiques ISR et ESG
CONTRIBUER À LEUR DÉPLOIEMENT AU SEIN DE LA COMMUNAUTÉ FINANCIÈRE

De nombreux événements ont eu lieu partout dans le monde pour accompagner le déploiement des enjeux ESG au sein de la communauté financière, auxquels Amundi a contribué notamment en Europe, au Japon, à Hong Kong, au Canada, en Australie, et en Amérique latine. Amundi a fait de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) l’un de ses quatre piliers fondateurs, convaincue que les critères ESG aident à prévenir les risques, à déceler les opportunités, et consolident la création de valeur, en complément de l’analyse traditionnelle. Le processus de notation d’Amundi couvre plus de 4000 émetteurs. Également présente sur le segment de la gestion solidaire, Amundi gère le plus important FCPE d’Épargne Salariale en France en termes d’encours (530 millions d’euros), Amundi Label Équilibre Solidaire (1).

(1) Amundi Label Équilibre Solidaire n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.

PRATIQUES ISR ET ESG
FAVORISER UN DIALOGUE INTERACTIF AVEC LES ÉMETTEURS

Avec près de 160 milliards d’euros d’encours sous gestion intégrant des critères ISR, le Groupe est aussi l’un des acteurs les plus engagés auprès des émetteurs, avec un double objectif : favoriser le dialogue et développer son influence, pour contribuer à faire progresser les pratiques ESG. Comme annoncé l’an dernier, Amundi a ainsi publié en 2015 une brochure à destination des émetteurs détaillant son approche ISR et sa méthodologie de notation, marquant une nouvelle étape dans sa volonté de dialogue et de transparence dans une démarche de progrès commun. Par ailleurs, Amundi mène une politique d’engagement pour influence sur des thématiques spécifiques afin d’accompagner les entreprises vers de meilleures pratiques. Par exemple, droits de l’Homme dans les secteurs pétroliers et miniers, ou accès à la nutrition et lutte contre le gaspillage alimentaire pour les secteurs agroalimentaire et de la grande distribution. Enfin, la politique de vote et de dialogue actionnarial développée par Amundi intègre des critères ESG. En 2015, Amundi a ainsi participé au vote de plus de 2 500 assemblées générales.

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ET ÉCOLOGIQUE
SOUTENIR LES INITIATIVES EN FAVEUR DU CLIMAT

En 2015, Amundi a continué à soutenir les initiatives en faveur du climat, a développé une méthodologie de mesure de l’empreinte carbone des portefeuilles qui lui sont confiés (1), et des solutions pour réduire l’exposition carbone. Elle s’est également employée à développer des solutions innovantes pour financer la transition énergétique. Parmi ses dernières réalisations : la concrétisation du partenariat avec EDF ; ou la création d’une part institutionnelle pour Amundi Valeurs Durables (2), un fonds thématique ISR axé sur le développement des technologies vertes et référencé dans le Hub « Solutions COP 21 (3) ».

(1) Dans le cadre de l’article 173 de la loi sur la transition énergétique.
(2) Amundi Valeurs Durables n’offre pas de garantie de performance et présente un risque de perte en capital.
(3) www.plateformesolutionsclimat.org

Accompagner la croissance, respecter les valeurs d'un employeur engagé
Les Ressources Humaines relaient la stratégie de développement d’Amundi. En 2015, comme au cours des années précédentes, elles ont accompagné le développement du Groupe dans toutes ses composantes humaines et fonctionnelles.
Découvrir les champs d'action RH 2015 d'Amundi

Œuvrer pour l’emploi, favoriser l’égalité des chances et les initiatives solidaires : Amundi est un employeur conscient de sa responsabilité sociétale.

Renforcer le recrutement à l'international
Privilégier l’emploi des jeunes
Intégrer et maintenir en poste des personnes en situation de handicap
Favoriser la mobilité interne
Mobiliser les collaborateurs autour de projets solidaires
UNE ENTREPRISE À VOCATION MONDIALE
RENFORCER LE RECRUTEMENT A L'INTERNATIONAL

L’internationalisation croissante a conduit au renforcement des implantations hors de France. L’Europe a ainsi représenté 40 % des recrutements, l’Asie 20 %. Sur les 200 embauches réalisées, priorité a été donnée aux jeunes diplômés (25 % des recrutements). Au 31 décembre 2015, les effectifs du Groupe s’établissaient ainsi à 3 069 personnes (hors joint ventures), dont 84 % basées en Europe, 13 % en Asie, et 3 % au Moyen-Orient et en Amérique. Les spécificités de la « marque employeur » Amundi continuent à la différencier positivement de ses compétiteurs internationaux. Entreprise française, de culture européenne, mais à vocation mondiale, Amundi est également un Groupe, imposant par sa taille et sa structure organisationnelle, mais qui cherche à promouvoir les qualités entrepreneuriales de ses collaborateurs. Organisée autour de la satisfaction de ses clients, elle renvoie aussi des valeurs de transformation positive, et de réussite, comme ont pu le constater les salariés d’Amundi lors des opérations qui ont précédé et suivi l’introduction en Bourse de l’entreprise, en novembre 2015. Une reconnaissance qui rehausse une nouvelle fois l’exigence d’excellence opérationnelle d’Amundi, autre marqueur du Groupe depuis sa création. Une culture de la performance lie l’ensemble des collaborateurs dans un objectif commun : délivrer des services adaptés aux besoins des clients et aux nouvelles conditions des marchés sur lesquels ils évoluent.

Former et transmettre
PRIVILÉGIER L'EMPLOI DES JEUNES

Amundi mène en parallèle une politique active pour l’emploi des jeunes. En 2015, elle a contribué à la formation de plus de 300 jeunes, dans le cadre de stages, de contrats d’alternance, de VIE, de doctorats Cifre (1) ou d’emplois d’été.

(1) Convention industrielle de formation par la recherche.

Un acteur engagé
INTÉGRER ET MAINTENIR EN POSTE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Le Groupe est aussi un acteur engagé en faveur de l’intégration et du maintien en emploi des personnes en situation de handicap. Il soutient également le secteur protégé et sensibilise ses collaborateurs à ces priorités. En 2015, Amundi a poursuivi cette politique volontariste. Les emplois des personnes en situation de handicap représentent aujourd’hui 3,36 % de ses effectifs (1), contre 3,15 % en 2014 et 2,5 % en 2013.

(1) Taux d’emploi direct et indirect des personnes handicapées corrigé des minorations Agefip.

MOBILITÉ INTERNE
FAVORISER LA TRANSFORMATION DES MÉTIERS

Les missions des RH sont déclinées en respectant les valeurs sociétales du Groupe : privilégier l’emploi et l’adaptation des ressources aux transformations des métiers. Amundi place en effet le développement des talents, individuels et collectifs, au cœur de sa responsabilité d’employeur. La mobilité interne est ainsi un facteur de développement, d’employabilité et de motivation pour ses collaborateurs, que le Groupe s’emploie à organiser afin de mieux accompagner les mutations de l’entreprise. Amundi s’est également engagée à suivre individuellement les collaborateurs et à préserver leur employabilité par des actions de formation adaptées. En 2015, 55 % des personnes en situation de mobilité ont bénéficié d’actions de formation – 39,4 heures, en moyenne par personne, sur un an. Et sur les 200 mobilités internes opérées l’an dernier, plus de la moitié était imputable à des reconversions.

Responsabilité sociétale
MOBILISER LES COLLABORATEURS AUTOUR DE PROJETS SOLIDAIRES

La responsabilité sociétale d’Amundi se traduit aussi par la mobilisation de ses collaborateurs autour de projets solidaires, que le Groupe encourage et valorise via des programmes spécifiques assortis de subventions. Il intervient également par des actions de mécénat en faveur d’acteurs des secteurs culturel, éducatif et solidaire.

Découvrir le siège
d'Amundi à Paris
Amundi à ParisLe siège œuvre au rayonnement du Groupe

Chaque jour, ce sont plus de 2 000 hommes et femmes qui œuvrent depuis le siège social d’Amundi à Paris, pour soutenir le développement du Groupe, en France certes, mais surtout dans les 35 filiales et entités internationales dont les besoins et spécificités nécessitent un accompagnement et une relation quotidienne. Ce maillage interne constitué de l’ensemble des fonctions front et support vise l’efficacité pour répondre au mieux aux attentes de nos clients et nouer ainsi de véritables histoires de confiance.”

2015 : les engagements marquants d'Amundi
De la participation d’Amundi au rallye de Monte-Carlo à l’obtention du label Happy Trainees, l'année 2015 a été marquée par de nombreuses actualités.
Découvrir les engagements marquants d’Amundi en 2015
Le rallye de Monte-Carlo sponsorisé par Amundi
IPO : Amundi associe ses salariés à son entrée en Bourse
Happy Trainees : Amundi est labellisée une seconde fois
Amundi se positionne en tête du classement IRRI
Extel accorde la première place de son étude ISR à Amundi
Rallye de Monte-Carlo
UN PARTENARIAT QUI ROULE

Quinze 2 CV sont parties de Londres jusqu’à Monaco : près de 70 000€ ont été récoltés pour des œuvres caritatives.

ORS 2015
UNE RÉUSSITE POUR L'OFFRE RÉSERVÉE AUX SALARIÉS

42 % des salariés ont souscrit à l’Offre Réservée aux Salariés, proposée par Amundi dans le cadre de son entrée en Bourse.

LABEL HAPPY TRAINEES 2014-2015
UNE ENTREPRISE RECOMMANDÉE PAR LES STAGIAIRES ET ALTERNANTS

Amundi a reçu cette année encore le label Happy Trainees, récompensant la qualité de son intégration et de son accompagnement des stagiaires et alternants.

Classement IRRI
AMUNDI SE POSITIONNE EN TÊTE DU CLASSEMENT

Amundi se positionne en 1RE, 2E et 3E places du classement IRRI (1) qui récompense les meilleurs analystes gouvernance et ISR (2).

(1) Independent Research in Responsible Investment.
(2) Classement IRRI : l’étude IRRI porte sur cinq groupes d’acteurs impliqués dans les chaînes de valeur de l’ISR et de la gouvernance d’entreprise : gestionnaires d’actifs, détenteurs d’actifs, chargés d’études ISR et gouvernance d’entreprise, courtiers sellside et sociétés cotées. 1 287 analystes, gestionnaires de portefeuilles, responsables RSE et IR représentant 681 entités différentes à travers 35 pays. Les votes recueillis ont fait l’objet d’un contrôle attentif garantissant l’intégrité et la qualité des données.

CLASSEMENT EXTEL
UNE 1RE PLACE MÉRITÉE

Amundi se classe à la première place de l’étude 2015 SRI & Sustainability publiée par WeConvene Extel et le UKSIF (1), dans la catégorie Asset Management best firms for SRI/ESG.

(1) Classement Extel ISR : l’étude Extel/UKSIF SRI & Sustainability Survey 2015 a été conduite du 23 mars au 18 mai 2015 en Europe, auprès d’entités buyside actives sur le marché de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) et sur le marché extra-financier. Au total, l’enquête a recueilli les réponses de 343 personnes employées par 174 entités différentes. Il leur a été demandé d’évaluer des entités/individus sur une échelle allant de 1 à 5 ou de noter certains critères/points sur une échelle équivalente. Pour le volet ISR, l’avis de professionnels sellside et d’équipes IR (Investissement Responsable) en entreprise a été sollicité.

Découvrir le témoignage
d'Achim STEINER
ACHIM STEINERDIRECTEUR GÉNÉRAL DU PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT ET SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DES NATIONS UNIES

 

En alignant leurs portefeuilles avec une économie sobre en carbone, les membres de la Portfolio Decarbonization Coalition jouent un rôle clé dans l’action mondiale attendue sur le climat.”

les engagements en chiffres Données au 31 décembre 2015
AMUNDI
VALEURS DURABLES
Destiné à financer la transition
énergétique, ce fonds a atteint
près de 182 millions d’euros
d’encours(1).
+270
entreprises rencontrées
en 2015 par les analystes ESG
pour mesurer la qualité
de leur politique ESG à des fins
de notation.
0%
de l'objectif de recrutement de personnes en situation
de handicap a été atteint à fin 2015. Cet objectif a été fixé par Crédit Agricole dans le cadre du plan triennal 2014-2016.
+1,2
Md€
Encours des fonds à impact
social, sur les thématiques
emploi, logement, santé,
environnement et
solidarité internationale.
Plus de 2 500 assemblées générales
traitées par la campagne de vote 2015,
soit plus de 30 000 résolutions.
~160
Mds€
d'encours sous gestion ISR
au 31/12/2015 gérés par Amundi, leader français
de la gestion ISR.
  • (1) Amundi Valeurs Durables n’offre pas de garantie
    de performance et présente un risque de perte en capital.
Les histoires de confiance n’ont pas de frontières
N°1
AMUNDI HONG KONGLeader asiatique sur la thématique du vieillissement de la population

Fondée en 1982, Amundi Hong Kong est l’un des centres de gestion asiatiques d’Amundi. Grâce à sa connaissance du marché domestique, elle a su importer le fonds européen Silver Age en Asie, une zone désormais confrontée aux problématiques de vieillissement de la population. Proposé auprès de huit distributeurs hongkongais, le fonds est aujourd’hui doté de 1 Md€ d’encours, faisant d’Amundi Hong Kong le leader asiatique sur cette thématique. Forte de sa relation de confiance avec des banques de la région, la filiale cherche maintenant à renforcer ses partenariats, notamment en Chine, en Corée du Sud et à Taïwan.”

N°2
ACHIM STEINERDIRECTEUR GÉNÉRAL DU PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT ET SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DES NATIONS UNIES

 

En alignant leurs portefeuilles avec une économie sobre en carbone, les membres de la Portfolio Decarbonization Coalition jouent un rôle clé dans l’action mondiale attendue sur le climat.”

N°3
NH-CAUn asset manager coréen en pleine croissance

Avec près de 21,4 Mds€ d’actifs sous gestion, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2014, NH-CA est l’un des asset managers coréens enregistrant une croissance constante. Pour répondre au mieux aux attentes de ses clients, NH-CA a su mobiliser des équipes compétentes, composées de portfolio managers spécialisés dans le business international, de personnes dédiées à la stratégie marketing ainsi que des risk managers et des équipes commerciales engagées à garantir la qualité du développement sur le marché coréen.”

N°4
Une collaboration réussieSOUSCRIPTION D'UN FONDS DE DETTE PRIVÉE

 

Philippe Brun et Romain Ferrari, Directeurs généraux délégués de SergeFerrari Group, expliquent comment et pourquoi ils ont fait confiance à Amundi pour la gestion d’un placement privé.

N°5
IKS KBUn des cinq plus grands asset managers de République tchèque

IKS KB fait partie des cinq plus grands asset managers de République tchèque, avec plus de 5,2 Mds€ d’actifs sous gestion. En 2015, avec la coopération d’Amundi Immobilier, IKS KB a obtenu la confiance de Komerční Banka (KB) afin de créer pour eux le premier fonds immobilier de leur offre. Fort de ses 110 M€ d’actifs sous gestion, ce fonds s’est classé parmi les solutions les plus demandées du réseau KB. Ce succès a renforcé la confiance des partenaires d’IKS KB dans sa capacité de construire des solutions innovantes pour les segments de clientèles les plus exigeants.”

N°6
DAVIDE GOLDONIDIRECTEUR DE LA CLIENTÈLE PRIVÉE, DIVISION RETAIL, CARIPARMA

 

Les synergies que nous avons développées avec Amundi nous permettent d’offrir à nos clients des solutions d’investissement innovantes, conçues efficacement pour répondre précisément à leurs besoins. Les flux du groupe Cariparma vers les produits d’Amundi, qui s’élèvent en 2015 à 1,7 milliard d’euros, en sont la preuve la plus probante. Le roadshow Amundi Rendez-vous, dédié à la finance, qui propose des éclairages macro-économiques, des produits et des échanges avec les clients, joue un rôle important. C’est un événement très apprécié des clients, qui renforce non seulement la confiance entre Cariparma et eux, mais aussi entre Amundi et Cariparma.”

 

 

Le groupe Cariparma Crédit Agricole est un acteur bancaire majeur en Italie.

N°7
Amundi IberiaDes partenariats de longue date

Amundi Iberia est le fruit de la fusion en 2010 des activités du groupe Amundi en Espagne et au Portugal.

Depuis plus de cinq ans, le groupe ING en Espagne a fait d’Amundi son partenaire de référence dans la gestion de ses Orange Profile Funds et de ses fonds indiciels. La collaboration étroite entre les équipes d’Amundi à Madrid et à Paris a permis de collecter 385 M€ en 2015, pour un total de 1,6 Md€ d’encours sous gestion avec ING en Espagne. Le partenariat avec ING couvre également d’autres aspects, tels que l’échange sur des problématiques MiFID II, ou encore l’élaboration de documents marketing.”

N°8
Amundi à ParisLe siège œuvre au rayonnement du Groupe

Chaque jour, ce sont plus de 2 000 hommes et femmes qui œuvrent depuis le siège social d’Amundi à Paris, pour soutenir le développement du Groupe, en France certes, mais surtout dans les 35 filiales et entités internationales dont les besoins et spécificités nécessitent un accompagnement et une relation quotidienne. Ce maillage interne constitué de l’ensemble des fonctions front et support vise l’efficacité pour répondre au mieux aux attentes de nos clients et nouer ainsi de véritables histoires de confiance.”

N°9
JEAN SÉBASTIEN LEONIDIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT FINANCES, NGE

 

Nous avons choisi Amundi pour réaliser notre projet d’actionnariat salarié : un asset manager qui a répondu précisément aux besoins et au contexte d’une société non cotée, qui a su être réactif et faire preuve de conseils à toutes les étapes. En nous appuyant sur leur expertise en épargne salariale, nous avons structuré l’opération sous tous ses aspects (juridique, financier, communication…) dans l’intérêt de nos salariés. 56 % d’entre eux sont aujourd’hui actionnaires de l’entreprise : c’est le résultat d’un vrai travail d’équipe.”

 

 

NGE est une entreprise française de travaux publics.

 

N°10
Amundi TCUne des premières sociétés à avoir obtenu la certification ISO 9001 version 2015

À Valence, Amundi Tenue de Comptes (Amundi TC) accompagne les entreprises, des TPE aux grands groupes du CAC 40, dans la gestion de leur épargne salariale. Une véritable histoire de confiance s’est installée entre Amundi TC et ses entreprises partenaires, qui sont 99 % (1) a toujours être satisfaites de la gestion de leurs opérations, et 97 % (1) à être prêtes à recommander Amundi. Amundi TC est, par ailleurs, l’une des premières sociétés à avoir obtenu la certification ISO 9001 version 2015, qui intègre désormais les meilleures pratiques relevées par les utilisateurs du monde entier.”

 

 

(1) Enquête réalisée par Amundi Tenue de Comptes chaque année auprès d’un panel d’entreprises clientes, sur le déroulement des campagnes d’intéressement et de participation.

Ce site Internet n’a été revu par aucune autorité de tutelle. Toutes ces informations sont réputées exactes au 31 décembre 2015.